03 février 2012

Bienvenue sur le blog de l'étude en ligne SOCIADD.


L'étude SOCIADD, qu'est-ce-que c'est? 

Il s'agit d'une étude en ligne, réalisée par le Dr CHARLES et Mr COUDERC du Centre Hospitalier Esquirol de Limoges, et qui répond aux caractéristiques suivantes:

 

Objectifs de l'étude:

  1. Définir l'existence d'un usage excessif voire addictif au réseau social Facebook.
  2. Définir différents profils d'utilisateurs de Facebook (sur les plans sociodémographiques, psychopathologiques et de l'utilisation de Facebook)


Méthodologie: Le recueil des données se fait par l'intermédaire d'un questionnaire en ligne qui est rempli par le sujet volontaire. Ce questionnaire est totalement anonyme et nécessite environ vingt minutes pour le remplir entièrement. Il est ouvert à toute personne majeure, inscrite sur le réseau social Facebook. Le volontaire peut abandonner le questionnaire à n'importe quel moment et son consentement est nécessaire.

 

Vous êtes utilisateur de Facebook? Alors vous avez votre mot à dire!

Cliquez sur le lien ci dessous afin d'accéder au questionnaire:

http://www.unilim.fr/enquetes/index.php?sid=93869&lang=fr

 

 

 

 

Posté par etudesociadd à 01:09 - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Bienvenue sur le blog de l'étude en ligne SOCIADD.

    Dommage, je ne retrouve pas vraiment mon véritable usage de facebook dans ce questionnaire. La fenêtre est tout simplement toujours ouverte "au cas où", ce n'est pas une utilisation active permanente... mais cela n'est demandé nulle part.

    En tout cas bon courage!

    Posté par Ellis Lynen, 12 mars 2012 à 19:55 | | Répondre
  • Je suis assez d'accord. Je n'ai pas non plus l'impression d'avoir décrit mon véritable usage de Facebook. La relation attendue entre utilisateur de cet outils et profil psychiatrique est un peu trop bruyante et trop simpliste. Je pense que les réponses sont trop orientées et induisent indéniablement des biais de prévarication. Il est regrettable de plus qu'il n'y ait pas dans le premier questionnaire de choix "jamais".

    Hate de voir les résultats. Bon courage !

    Posté par Rob, 26 mars 2012 à 20:16 | | Répondre
  • Dommage aussi qu'un sujet aussi intéressant soit traité avec un questionnaire aussi riche en imperfections !
    Il faut éviter de commencer le questionnaire par les informations personnelles ce qui fait fuir un grand nombre de personnes ( cf nombreuses études marketing sur le sujet). Les gens sont bien plus enclin à renseigner ce genre d'informations, une fois qu'ils savent sur quels points, ils vont devoir s'exprimer par la suite.
    Les questions sur les impressions sur facebook arrivent trop tôt, elles sont assez incisives ( je ne sais pas s'il y a une formulation conventionnée mais sinon il pourrait être intéressant de revoir certaines formulations orientées qui vont générer des biais d'opposition ). De plus, il est souvent plus confortable de commencer par des questions plus d'ordre plus pratique pour mettre en confiance les personnes sur des points où elles peuvent être sures de donner la "bonne réponse" comme les questions finales sur la vie courante. il faut chercher à rentrer dans l'intime plus progressivement.
    Le manque des onglets "jamais" ou "toujours" dans certains tableaux sera aussi un biais fort ! c'est très gênant quand on remplit le questionnaire.
    J'ai assez peur que la forme de votre questionnaire vous amène à un panel de répondants très peu diversifié : des bac+3 habitués à ce type d'étude et en décourage un grand nombre d'autres. Votre panel final risque donc de ne pas correspondre au panel réel des utilisateurs facebook et de ne pas faire apparaitre certains types d'utilisateurs.
    Aussi faites apparaitre dans vos objectifs d'abord l'hypothèse H0 nécessaire pour toute analyse statistique : Facebook n'a pas d'impact psychologique plutôt qu'une H1 "Définir l'existence d'un usage excessif voire addictif au réseau social Facebook" qui peut laisser penser que vous souhaitez orienter des résultats à partir d'exemple de cas dont vous disposez.
    Enfin laissez un encart d'expression libre au moins en fin de questionnaire pour éviter une frustration du répondant (comme moi) qui ce doit alors de venir s'exprimer en public sur ce mur. Ceci permettrait aussi aux répondants de nuancer parfois leurs réponses ( même si au final vous n'en tenez pas compte dans votre analyse) et d'exprimer leurs difficultés à répondre, leurs incompréhensions éventuelles.

    Bon courage pour la suite de votre étude extrêmement pertinente dans le contexte actuel ! Dans l'attente de vos résultats !

    Posté par Etienne, 03 avril 2012 à 15:26 | | Répondre
Nouveau commentaire